Parcours d’entrepreneur, rencontre avec Abigail Lecourt et Marina Björk : « Il faut toujours être à l’écoute et tenter des choses dans l’entrepreneuriat. »

Parcours d’entrepreneur, rencontre avec Abigail Lecourt et Marina Björk : « Il faut toujours être à l’écoute et tenter des choses dans l’entrepreneuriat. »

Tout au long de l’académie, nous vous proposons de découvrir le portrait d’un porteur ou d’une porteuse de projet afin qu’il ou elle puisse raconter son histoire et son parcours. Ils ont accepté en toute transparence de partager leur vécu : entre apprentissages et réussites, ambition et travail : découvrez notre nouvelle rubrique : Parcours d’entrepreneurs !

 

Abigail Lecourt & Marina Björk

Fondatrices de la marque de prêt-à-porter Marina Björk

 

Pouvez-vous vous présenter individuellement et nous parler du moment où vous avez décidé de vous associer ?

Marina : – « Je m’appelle Marina et je porte le projet avec mon associée qui est également ma fille Abigail Lecourt. Notre projet est de créer une marque de prêt-à-porter pour femme mesurant moins de 1m60 sous le nom de Marina Björk. Etant petite, j’ai toujours eu du mal à trouver des vêtements à ma taille. Nous avons décidé de lancer une marque intemporelle, tendance, et féminine. C’est tout simplement l’élégance à la mesure de la femme pour que la mode s’adapte à chacune d’elle.

J’ai aussi, durant ma carrière de maquilleuse artistique rencontré beaucoup de femmes avec ce même problème et c’est ce qui m’a encore plus motivé à me lancer.
Je suis une grande passionnée de mode, j’aime les beaux tissus, la qualité. Pour moi le moment où le tissu prend forme et se transforme en vêtement est un moment magique. J’ai toujours été intéressée par tout ce qui concerne la mise en valeur de la femme, l’harmonie du vêtement avec le corps. J’ai toujours eu des retours positifs concernant mes premières réalisations de créatrice de mode. Je pense avoir un sens naturel de l’esthétique et des proportions.

J’ai cette envie de me lancer depuis mes études de stylisme/modélisme et des beaux-arts. J’ai aussi dessiné des croquis pour d’autres créateurs, jusqu’ici je n’avais pas l’opportunité de le faire pour moi mais cela fait des années que j’en parle autour de moi, surtout avec mes filles.
Même s’il existe déjà des marques qui proposent des vêtements pour les petites, le choix reste limité et l’offre actuelle ne me fais personnellement pas rêver, aussi bien en termes de qualité qu’au niveau du style. On aime être bien habillées, on est toutes les deux passionnées, c’était donc évident de s’associer. »

 

Et toi Abigail ?

Abigail : – « C’est un projet dont elle parle depuis des années, et malgré mon intérêt pour la création, je n’arrivais pas encore à me projeter car j’avais aussi ma carrière à côté. J’ai fais une école de management hôtelier et luxe puis j’ai dirigé un boutique hôtel dans le marais et une ouverture dans le 8ème. Je n’avais pas vraiment de temps à consacrer à un projet d’une telle ampleur, mais récemment j’en ai eu l’opportunité et je me suis dit que c’était le moment de prendre le temps et le risque de le faire. En plus c’est arrivé au même moment que Time2start, j’ai naturellement eu envie de partager cette expérience avec ma mère. »

 

Mais comment vous êtes-vous intéressés à Time2start ?

Marina : – « C’est une femme que j’ai rencontré dans l’avion en allant en Finlande qui m’a recommandé de contacter Time2Start. Je suis bavarde, on a discuté tout le voyage et quand j’ai parlé de mon projet elle m’a dit qu’elle faisait partie d’une association équivalente. C’est comme ça que j’ai rempli le formulaire d’inscription, ensuite Hawa Dramé (Déléguée générale) m’a appelé et l’aventure a commencé. Il faut toujours être ouvert et tenter des choses dans la vie. »

 

Depuis que vous êtes à Time2start ça vous a apporté vous quelque chose ? Votre projet a-t-il évolué ?

Marina : – « Oui, énormément ! Quand nous avons commencé Time2Start nous avions juste une idée. On a beaucoup appris pendant ces 6 mois et ce n’est que le début. Grâce à Time2Start on a pu structurer notre projet, avoir une vision plus concrète. Il y a des difficultés mais ça me booste.  Je suis très motivée et reconnaissante d’avoir eu la chance de faire la formation. La marque Marina Björk se créé petit à petit.

 

Comment gérer vous le travail en équipe ?

Abigail : – « Elle travaille en intermittence avec des horaires décalés, mais elle s’investit à 100%. Nos compétences sont complémentaires, on avance ensemble. »

 

Est-il difficile de lancer un business en famille ?

Marina : – « Pour moi c’est comme tout ! Que l’on soit famille ou pas famille il y a des pours et des contres. Nous avons une vision claire de notre projet, après c’est sûr qu’il faut une certaine écoute et de la souplesse. En tant que mère et fille il y a une relation particulière. Pour moi, Abigail passe avant mon projet mais en même temps je ne pense pas avoir besoin de choisir, ni elle d’ailleurs. J’admire beaucoup Abigail car je pense qu’elle a un énorme respect pour ce que je suis. Et je sais qu’elle est prête à faire beaucoup de choses pour m’aider. Maintenant, selon moi la question ne se pose même pas je pense que nous savons comment nous positionner par rapport à ce projet. J’ai énormément confiance en elle et je trouve qu’elle a un parcours impressionnant pour son âge. Tout ce que je veux c’est qu’elle soit épanouie dans ce qu’elle fait. »

 

Comment est-ce que vous vous voyez dans 5 ans ?

Marina : – « Moi dans 5 ans je nous vois à la tête d’une grande entreprise qui est reconnue pour la qualité de ses produits ! » Abigail : – « Le but est de pouvoir vendre à l’international. »