Parcours d’entrepreneur, rencontre avec Clément Valasek : « Mon but est de construire un projet qui soit solide, qui me permette de m’épanouir et qui, idéalement, crée aussi de l’emploi. »

Parcours d’entrepreneur, rencontre avec Clément Valasek : « Mon but est de construire un projet qui soit solide, qui me permette de m’épanouir et qui, idéalement, crée aussi de l’emploi. »

Tout au long de l’académie, nous vous proposons de découvrir le portrait d’un porteur ou d’une porteuse de projet afin qu’il ou elle puisse raconter son histoire et son parcours. Ils ont accepté en toute transparence de partager leur vécu : entre apprentissages et réussites, ambition et travail : découvrez notre nouvelle rubrique : Parcours d’entrepreneurs !

 

Clément Valasek

Fondateur de la société de production spécialisée dans la diffusion en direct « Klemo production ».

 

Peux-tu te présenter en quelques mots et nous faire part ensuite de ton projet ?

Clément : – « Dès le lycée, je me suis dirigé vers l’audiovisuel. J’ai ensuite fait un master d’audiovisuel très technique, une formation assez polyvalente et très théorique qui m’a permis d’avoir une vision d’ensemble du domaine. J’ai décroché un premier emploi en Angleterre dans une société de production d’émissions de télévision. C’est là que j’ai découvert le Streaming et la diffusion multi-caméras en direct. De retour en France, constatant que le marché de l’emploi dans le milieu audiovisuel était saturé, je me suis mis à mon compte. J’ai pu constater l’existence d’une offre importante de tournage et de montage, mais une offre très réduite en matière de diffusion multi-caméras en direct. Je me suis spécialisé dans la captation en direct, ce qui m’a permis de trouver des clients réguliers. Après cette expérience en tant qu’indépendant, il me semble évident de monter mon entreprise pour pérenniser et développer mon activité. »

 

Pourquoi as-tu décidé de t’inscrire à Time2start ?

Clément : – « J’ai participé à un événement organisé par l’association « NQT » nos quartiers ont du talent, qui m’accompagnait et qui est un partenaire de Time2start. Là, j’ai rencontré deux entrepreneures qui ont créé leur société de production de films d’animation après avoir suivi une formation avec Time2start. Elles m’ont expliqué que Time2start les avaient aidé à structurer leur projet d’entreprise. J’ai pensé que ce serait une bonne idée de faire de même. Je suis passé devant le jury, j’ai été sélectionné et voici comment tout a commencé. »

 

Comment ton projet a-t-il évolué depuis que tu as commencé la formation ?

Clément : – « Time2start m’a appris à avoir confiance en mon projet et à adopter une posture entrepreneuriale. Ainsi que des notions de gestion d’entreprise. Comptabilité, communication, etc., beaucoup de choses sont abordées dans les séances ! Cette formation permet d’avoir un suivi régulier et de rester motivé. Il faut venir aux ateliers, présenter son projet, et surtout « se challenger » comme dirait Hawa [déléguée générale de Time2start, ndlr] ! J’ai évolué dans le bon sens car j’ai une marraine qui me conseille. C’est sûr que ça m’a beaucoup apporté même si c’est parfois difficile à réaliser à court terme. J’en verrai les bénéfices dans les mois à venir. »

 

Où te vois-tu dans 5 ans ?

Clément : – « Je ne suis pas dans l’optique d’avoir une entreprise qui double son chiffre d’affaires tous les six mois ! Mon but est de construire un projet qui soit solide, qui me permette de m’épanouir et, idéalement, qui crée aussi de l’emploi. Je veux pouvoir proposer un service de qualité et construire une relation de confiance avec mes clients comme avec mes prestataires. L’idée serait aussi, à terme, de se développer dans d’autres villes. Moi qui suis originaire du Nord, je commence à Paris parce que c’est le noyau dur de l’activité économique en France – et notamment dans l’audiovisuel – mais j’aimerais bien avoir une antenne à Lille, à Nantes et aussi dans le Sud. D’autres projets d’entreprise sont aussi dans un coin de ma tête dans des secteurs complètement différents ; je les mettrai peut-être en en place plus tard. Si j’ai la chance d’avoir une structure qui tourne bien, je pourrai déléguer, avoir plus de temps et être crédible grâce à cette première expérience réussie de création d’entreprise. »

 

Aimerais-tu te développer à l’international ?

Clément : – « Pourquoi pas ! Mais je souhaite d’abord construire ma légitimité dans le secteur de la diffusion en direct en France. Ensuite, pourquoi ne pas m’en servir pour me développer dans d’autres pays. Surtout si des opportunités se présentent. Techniquement, cela pourrait être compliqué : mon activité demande au minima une couverture réseau performante, ce qui est loin d’être le cas dans tous les pays. M’implanter en Belgique ou en Suisse, par exemple, c’est envisageable. Surtout que ce sont des pays francophones et proches de la France, où je pourrais envisager de travailler avec le même réseau de free lance. Néanmoins, il y aurait beaucoup de facteurs à prendre en compte. Il faudrait que ce soit économiquement viable par exemple. Cela demanderait encore un peu de réflexion. »